mercredi 27 juin 2012

Mariage de Louise et Mickaël




Mon pote Stéphane m'a appelé début mai pour que j'entre en contact avec deux de ses amis qui se marieraient dans 15 jours et qui avaient pensé à tout sauf au photographe.
Ils ont eu de la chance que je sois dispo (à 2 jours près c'était grillé) et ils ne pouvaient pas mieux tomber.
Moi aussi j'ai eu de la chance car ils forment un couple super sympa; ça a donc été un immense plaisir de photographier leur mariage.
Et puis par la suite j'ai eu l'occasion de grignoter un peu de lambi grillé chez eux. J'adore le lambi grillé au barbeuk.

En plus, la famille du marié venait de ma région et chose rigolote, ils connaissaient Olaf, le trompettiste (enfin surtout son père) du groupe de musique de danse rapide dans lequel je jouais de la basse à Nantes. Notre Olaf, après être passé entre autres par les Namas Pamos, est désormais Emilio Godillo, souffleur de cuivre du groupe Santa Macairo Orkestar

Pour en revenir au mariage, j'ai eu à oeuvrer à la mairie de Sainte-Anne, à l'église Ste Bernadette de Deshauteurs, puis retour à Ste Anne sur le bord de mer pour des photos posées et ensuite réception à l'Eden Palm.
Il faisait hyper chaud, j'ai dégouliné des litres dans le viseur de mon appareil photo mais c'était super chouette car il n'y avait que des gens sympas et une ambiance de ouf.

Et quand tout va bien et que tout est bien ficelé ça produit forcément des bonnes photos.

Pour les fans de matos: sony SLT A77 + grip trouvé d'occaz à Paris à 99€, minolta 28-70G, tamron 17-50, flash sony HVL-F56AM avec cactus trigger, parapluie 43" westscott, filtre à densité neutre variable LightCraft Workshop et une coupe de champagne à la réception.

à la mairie, lecture de l'acte de mariage
(une façon de vérifier que les mariés sont bien les bons)

los cuatro muchachos

c'est à ce moment que le prêtre m'a discrètement mais
néanmoins vertement demandé de descendre illico de l'autel

beaucoup de solénitude solanêteté solénoïde d'émotion

ça devient ma signature ce style de photo


celle-là c'était aussi pour le décolleté

l'usage du FDN donne un grain cinématographique

FDN + flash avec parapluie=lumière fantastique

le genre de photo où on a la chance d'être au bon endroit au bon moment

ça illustre l'ambiance dont je parlais plus haut

le genre de photo où on a la chance d'être encore au bon endroit au bon moment
j'avais gardé mon appareil même lorsque je faisais la queue au buffet

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire